Catégories
Tout sur l'industrie du cinéma

Cannes Flashback: Cannes premières de la vie elle-même, Foxcatcher et The Homesman | Chaz à Cannes

"The Homesman", réalisé par Tommy Lee Jones, est une interprétation intéressante de la femme au foyer qui se dirige vers l'ouest lors de la colonisation de l'Amérique. Hilary Swank nous donne un personnage que nous n'avons jamais vu auparavant dans un western. Elle est forte, riche indépendamment et très capable, mais pas une cow-girl. Elle est intelligente et cultivée, mais elle a besoin d'un homme pour l'aider à partager le fardeau de cultiver la terre et d'élever son bétail. Son problème est que son apparence simple et son comportement responsable la font étiqueter comme autoritaire, ce qui en fait trop pour tout homme. J'ai adoré le rôle d'Hilary Swank dans ce film, la façon dont son expression pincée a télégraphié sa vulnérabilité douloureuse et nue, et la façon déterminée dont elle balaye ses sols et fait cuire ses tartes, rendant tout parfait pour le mari qu'elle espère venir.

Mais j'ai été déçu par le traitement du film des trois femmes qui ont été rendues folles par les rigueurs du vieil ouest. Ils souffrent diversement de dépression post-partum et d'autres maux, et c'est à Hilary Swank de les ramener dans l'est pour les soigner pour leur maladie mentale. Ces femmes sont jouées par des actrices très fortes, mais leurs personnages tels qu'ils sont écrits ne sont jamais pleinement réalisés. Ils sont davantage traités comme des points de tracé pour maintenir l'action en mouvement. En outre, bien que le visage escarpé de Tommy Lee Jones et le twang du Texas la rendent parfaite dans un western, cette direction particulière de "The Homesman" est d'un ton incohérent. C'est léger et humoristique dans certaines parties, caricatural dans d'autres, sérieux et sympathique plus tard. J'aime ce film, mais je doute qu'il s'agisse d'un sérieux concurrent pour la Palme d'Or. Mais maintenant, avec son interprétation de "The Homesman" et de deux autres films cannois, notre correspondant de Far Flung pour RogerEbert.com, Michał Oleszczyk …

… Hier soir, c'était tellement excitant quand ils ont projeté le documentaire sur Roger, "Life Itself", ici à Cannes, et voici une note que j'ai écrite à Roger à propos de l'événement …

Cher Roger,

Aujourd'hui était le premier jour où la pluie était tombée toute la semaine, et j'étais inhabituellement nerveux toute la journée avant la projection, alors même que je me préparais à aller au Palais …

… Il s'avère que j'étais nerveux pour une bonne raison. La projection a parfaitement commencé, avec une salle comble de vieux amis et beaucoup de fans que nous n'avions jamais rencontrés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *